Publié : 25 août 2010

Bénin : Il est urgent de protéger l’environnement

Au Bénin, aussi les enfants jouent les reporters en herbe. Kisito, Larissa, Viviane, Olivia, Armel, Florence, Boris, Ezekiel et Carolle, CM1 de l’école primaire publique Houègbo Aliho (Bénin) ont interviewé Antoine Dodginou, agent d’hygiène à l’école.

Interview de Antoine Dodginou
Les CM1 ont apprécié de jouer les journalistes en herbe !

CM1 : Qu’est-ce que l’environnement ?
Antoine Dodginou : L’environnement, c’est l’ensemble des faits ou choses relevant de la créativité humaine (maisons, routes, ponts, usines, véhicules divers, environnement technique) et des faits ou choses relevant de la nature (végétaux, animaux, cours et plans d’eau, climat, etc.) qui nous entourent avec lesquels nous interagissons.
CM1:Quels sont les plus grands problèmes environnementaux aujourd’hui ?
A.D : C’est la pollution sous toutes ses formes. Il y a aussi le problème de la désertification, de la déforestation, la disparition de certaines espèces animales et végétales rares, et le réchauffement de la planète.

CM1:Quelles sont les mesures ou stratégies actuelles de protection de l’environnement ?
A.D :Actuellement, les mesures de protection de l’environnement sont diverses et variées. Entre autres, on peut noter l’organisation de campagnes ou journées d’assainissement et de salubrité au niveau local, le reboisement, l’installation des forêts artificielles. Au Bénin le 1er juin de chaque année est la journée nationale de l’arbre. De nombreuses ONG nationales et internationales cherchent à protéger les espèces menacées et combattent pour la réduction des émissions des gaz à effets de serre, pour l’assainissement et la protection des cours et plans d’eau. Les sensibilisations à la télévision, à la radio ou par les campagnes occupent une place importante, car elles permettent d’informer, d’éduquer les populations pour un changement de comportement.

CM1:Qu’est-ce que les déchets ?
A.D :Un déchet, c’est tout objet (solide, liquide ou gazeux) utilisé une ou plusieurs fois et qui, ne pouvant plus servir, est jeté ou rejeté.
Quels sont les différents types de déchets ?
On distingue les déchets solides (ferrailles, copeaux, piles, sachets, batteries, bouteilles et verreries diverses, plastiques, pneumatiques, excréments d’animaux ou d’hommes, etc.), des déchets liquides (eaux usées, urines, résidus des huiles industrielles, etc.). On peut parler aussi des déchets ménagers (provenant de nos maisons), des déchets biomédicaux (produits par les hôpitaux et centres de santé), des déchets industriels (provenant des usines).
Ces déchets peuvent être biodégradables ou non. Les déchets biodégradables ou organiques sont ceux qui au contact du sol et de l’eau se décomposent et pourrissent devenant ainsi de l’humus. Ce sont les copeaux, les feuilles d’arbres, les déchets végétaux et animaux en général. Les déchets non biodégradables ou non organiques sont ceux qui résistent à la décomposition et au pourrissement : ce sont les sachets, les plastiques en général, les pneumatiques, les huiles industrielles, etc.

CM1:Quels effets ont les déchets sur l’environnement ?
A.D :Tous ces déchets, s’ils sont mal gérés, ont des effets néfastes sur l’environnement et par effet d’entraînement sur les humains, les animaux et les végétaux : les déchets sont nuisibles à la santé humaine surtout les déchets biomédicaux et industriels. Ces mêmes déchets peuvent provoquer l’extermination de la faune aquatique et empêcher les végétaux de pousser sur des espaces donnés.

CM1:Comment faut-il gérer les différents déchets en vue d’une protection de l’environnement ?
A.D :Pour ces raisons, les déchets doivent être gérés de façon rationnelle. Les déchets biodégradables doivent être enfouis sous terre ou utilisés dans l’agriculture. Les déchets non biodégradables doivent être incinérés. L’incinération des déchets non dégradables surtout ceux biomédicaux ne doit pas se faire à l’air libre. Ça doit se faire à l’aide d’incinérateur approprié. Pour cela, tous les hôpitaux et centres de santé doivent en être dotés. Certains déchets non biodégradables comme des sachets et les pneumatiques doivent être recyclés pour servir à d’autres fins utiles. Par exemple, les sachets sont utilisés pour produire des motifs de décoration utilisés surtout en couture.
Cependant, il faut avant tout mettre en place des dispositifs sécurisés et sécurisants de collecte de ces déchets.

CM1:Quels sont les différentes sources d’eau ?
A.D :Les sources d’eau sont de trois ordres :
- les eaux des précipitations (pluies, rosée, neige …)
- les eaux des cours et plans d’eau (fleuves, lacs, lagunes, marigots, rivières, océans… eaux de surfaces)
- les eaux des nappes souterraines (eaux des forages).

CM1:Quels sont les problèmes en ce qui concerne l’eau ?
A.D :En matière environnementale, les problèmes liés à l’eau sont multiples. Il y a des inondations fréquentes dues à la surabondance des pluies, au débordement des fleuves de leurs lits avec leurs corollaires de maladies d’origines hydriques (diarrhée, ulcères de buruli, etc.). Le débordement des cours et plans d’eau est dû à leur ensablement. Par ailleurs, la pollution de ces eaux de surfaces par les divers déchets ménagers et industriels constitue également un risque pour la vie des animaux aquatiques et la santé des humains qui s’y baignent ou en boivent. Les conséquences du passage du navire Trafigura en Côte d’Ivoire continuent de se faire sentir encore. La souillure des nappes souterraines par l’enfouissement des déchets chimiques est aussi un problème environnemental. L’avancée de la mer ou l’érosion côtière préoccupe à plus d’un titre les Etats Africains.

CM1:Quelles sont les actions menées actuellement par les Etats pour résoudre ces problèmes ?
A.D :Face à ces problèmes, il est urgent de prendre des dispositions. D’abord lutter contre les inondations en installant des collecteurs et des canaux de drainage jusqu’aux collecteurs dans les zones à risque ; procéder au désensablement des cours et plans d’eau. En outre, il faut mettre en place une police de surveillance des eaux ou renforcer celle qui existe déjà.
Enfin, contre l’avancée de la mer, il faut poser des épis sur les côtés : le Ghana l’a déjà fait, le Bénin l’a commencé. Il faut noter qu’une gestion rationnelle des déchets permet d’éviter une grande partie des problèmes environnementaux.